Hypothèse 78 : Body Shaming

©Philippe Gouillou - Jeudi 28 octobre 2021

Tags : Féminisme - Hypothèses - Sexodus

Il était encore pire qu'un homme : il était la preuve vivante de la souffrance que le patriarcat fait subir aux femmes.


center

Elle ne l'excitait pas du tout, mais il ne pouvait pas le lui dire : le "body shaming" était très lourdement condamné. Pourtant il avait eu de la chance, le hasard lui avait fait rencontrer une personne avec vagin naturel, et pas une "femme", c'est-à-dire une transsexuelle. Elle était allongée nue devant lui et elle l'attendait, et lui avait une panne. Il lui fallait urgement trouver une excuse crédible, sinon il était foutu.

C'était elle qui l'avait abordé dans le bar, il était le seul homme non accompagné. Et tout de suite elle lui avait demandé s'il était célibataire : elle connaissait ses droits, il était obligé de lui offrir un verre, c'était bien précisé dans la dernière loi sur l'égalité entre les femmes et les hommes. En plus elle était "racisée", refuser aurait été du racisme. Bien sûr, il aurait pu s'en sortir en faisant croire qu'il était homosexuel, mais alors il lui aurait fallu accepter l'invitation des gros Bears qui lui faisaient des signes. Il n'avait pas le choix, c'était le moins pire s'était-il dit.

Le dégoût qu'il ressentait en la voyant allait au-delà du physique, et en fait c'était surtout ce qu'elle disait qui l'avait repoussé, pour le reste elle aurait pu passer pour tout à fait banale, juste une fille un peu en dessous de la moyenne à qui ses parents avaient trop répété qu'elle était jolie et qui croyait que tout le monde devait le penser, même si elle avait encore plus grossi. Pendant une heure elle lui avait parlé de féminisme, de rôle des femmes, du manque de reconnaissance des femmes, des agressions sexuelles dont sont victimes les femmes, etc., etc., tout le bullshit usuel ad nauseam. Ça lui avait coûté quatre consommations, qu'il avait du payer sans rechigner. Et puis elle s'était lancée sur l'importance d'une vie sexuelle épanouie pour les femmes, et surtout de leur besoin d'orgasme que les hommes ne savaient pas remplir. C'était une menace directe : il ne pouvait pas refuser.

Il aurait dû boire plus. Il avait voulu économiser (ses consommations à elle lui coûtaient déjà assez cher !) mais maintenant il le regrettait : il ne pouvait pas mettre sa panne sur le compte de l'alcool. Il aurait aussi dû prévoir le coup et s'acheter du viagra, il n'était pas le premier dans cette situation, beaucoup de ses amis l'avaient déjà vécue. Mais à ce niveau est-ce que la pilule bleue aurait suffit ? Il fallait d'abord qu'il se relaxe. Quelques photos porno l'auraient bien aidé mais elles avaient été interdites, officiellement parce que dégradantes pour les femmes, en réalité pour ne pas que les hommes puissent comparer et s'enfuir dans le virtuel.

Il était maintenant complètement désespéré, que pouvait-il dire ? Même s'il arrivait à la baratiner que c'était un problème de santé chez lui, que c'était entièrement de sa faute à lui, que si si il la trouvait très attirante, il suffirait qu'elle le croise n'importe quel jour avec une autre femme pour pouvoir porter plainte ! C'était pire qu'une épée de Damocles !

Il n'y avait aucune solution. Il alla se servir un verre, s'alluma une cigarette, et se posa dans un fauteuil. Elle allait le massacrer et elle en avait tous les droits. Il était encore pire qu'un homme : il était la preuve vivante de la souffrance que le patriarcat fait subir aux femmes.

Image : Screenshot de "You Will Be Happy". Leonardo of Biz. 11 septembre 2021

©Philippe Gouillou - Jeudi 28 octobre 2021


Hypothèses Récentes

Citation de cette page :

Gouillou, Philippe (2021) : "Hypothèse 78 : Body Shaming". Evoweb. Jeudi 28 octobre 2021. https://evoweb.net/blog2/20211028-hypothese-78.htm
[Hypothèse 78 : Body Shaming](https://evoweb.net/blog2/20211028-hypothese-78.htm "Evoweb : Hypothèse 78 : Body Shaming (Jeudi 28 octobre 2021)"). Philippe Gouillou. *Evoweb*. Jeudi 28 octobre 2021