^

Hypothèse 11 : Fin de récré

©Philippe Gouillou - Vendredi 28 juin 2019

Tags : Féminisme - Hypothèses - Jihad

Un nouveau rôle libérateur pour les femmes.


center

L'annnonce de l'obligation du port du hijab et de l'interdiction faite aux femmes de sortir non accompagnées d'un homme de leur famille a sonné comme une fin de récréation auprès des féministes intersectionnelles qui sont quasiment toutes immédiatement rentrées dans le rang. L'immense majorité a accueilli avec sérénité cette nouvelle situation qui répond à leurs aspirations. Les rares qui ont affirmé que ce n'est pas ce pour quoi elles avaient lutté ont brillament été remises à leur place par l'Imam Abbès Ben Aziz :

"Le fait que ces quelques femmes n'aient pas compris que nous avons toujours défendu la sharia est bien la preuve que les femmes n'ont rien à faire en politique et doivent retourner à la place noble que le Créateur, swt, leur a donné."

Il a d'ailleurs remarqué que cette place correspond parfaitement aux aspirations profondes des femmes :

"Le fait que tant et tant de femmes occidentales aient préféré ces dernières années se marier avec des hommes musulmans plutôt qu'avec des hommes occidentaux féminisés montre bien que l'Islam leur apporte ce qu'elles cherchent. Ce n'est pas pour rien que la Loi d'Allah, swt, est supérieure à celles des hommes : Allah est le plus grand, il sait ce qui est bien pour elles."

Dans la rue, les hommes accompagnés de femmes que nous avons interrogés ont tous été plus que positifs. Un homme nous l'a résumé, sa femme à ses côtés :

"Les femmes sont enfin heureuses. Elles n'ont plus à subir cette compétition permanente qui les obligeait à toujours mieux s'habiller, à mieux s'apprêter, elles peuvent maintenant être telles que Dieu les a faites. Leur nouveau rôle est une libération."

"Libération", le mot résume bien l'avis général et le soulagement ressenti par tous : libérées du regard des hommes, les femmes peuvent enfin exprimer leur beauté intérieure.

Il ne reste plus que quelques extrêmistes de droite, souvent des hommes, pour défendre une vision oppressive des droits des femmes. Pour lutter contre ce fascisme, Facebook fournira à la Police les adresses IP de tous ceux qui exprimeront une opinion négative, et les médias seront particulièrement surveillés pour interdire toute ingérence étrangère.

©Philippe Gouillou - Vendredi 28 juin 2019


Hypothèses