Hypothèse 81 : liberté

©Philippe Gouillou - Jeudi 7 juillet 2022

Tags : France - Hypothèses - Politique

La survie du socialisme en dépendait.


center

Sa haine transpirait :

— Il faut agir tout de suite ! Ces riches qui partent et fuient leurs responsabilités sociales ne doivent pas seulement être empêchés mais aussi punis, ne serait-ce que pour y avoir seulement pensé !

Les autres ne partageaient pas son entrain. Pour eux il ne s'agissait que d'un problème pratique à résoudre : sans l'argent des expats, ils ne pourraient plus payer les allocs aux migrants et ceux-ci allaient se révolter, c'était tout. Bien sûr qu'il fallait agir : il fallait essorer au maximum ces expats, mais il n'y avait pas besoin d'en faire une question de principe. Ils la trouvaient trop émotive. Mais ils savaient qu'ils ne pouvaient pas lui répondre.

— Cela fait plus de 40 ans qu'on met en place une avancée progressive vers un monde meilleur. Nous avons connu des contretemps, même des revers parfois, mais on y arrive doucement. Je ne peux pas supporter que quelques-uns profitent du pouvoir économique qu'on leur a laissé pour se mettre sur notre chemin ! J'exige non seulement l'expropriation mais aussi la prison !

Il savait qu'elle finirait par obtenir ce qu'elle demandait. Partout dans le monde, toujours, tous les pays socialistes avaient fini par construire un mur pour empêcher leurs citoyens de fuir. Et elle avait déjà obtenu l'interdiction de passeport sauf cas justifié, le contrôle des frontières, et même la multiplication des taxes sur les transports aérien et maritime. Elle avait aussi obtenu la mise en place d'une taxe journalière sur les séjours à l'étranger, par solidarité avait-elle dit. Mais ça ne suffisait pas encore : certains avaient trouvé une faille et réussissaient à fuir. Alors elle imposerait de nouvelles règles encore plus contraignantes, encore plus coûteuses, c'était dans l'ordre de l'histoire, la survie du socialisme en dépendait.

Elle ce n'était pas l'argent qui l'intéressait, il en était sûr. Elle ne devait même rien en avoir à faire des émeutes, elle vivait dans un quartier fermé sécurisé. C'était plutôt l'idée que quelques-uns ne veuillent pas se soumettre à son idée, qu'il y en ait encore qui remettent en cause ses choix. Le "vote avec ses pieds" était une insulte personnelle, du sexisme même : en tant que femme elle savait ce que les autres devaient penser et faire.

La détresse le reprit violemment. Il était si près de la retraite, et il ne pourrait pas en profiter ! Toute sa vie il avait bossé comme un fou, il avait réussi sa carrière, il était monté à proximité du pouvoir, tout ça pour rien. Il regrettait de ne pas avoir voyagé comme il le voulait quand c'était encore autorisé. Le Portugal l'avait toujours fait rêver, une sorte d'Espagne sur l'Atlantique, mais elle l'avait fait mettre sur liste noire : une politique fiscale "amorale" avait-elle dit.

Il n'était pas le seul à déprimer, il le voyait aussi sur l'expression du Président. Même lui ne pouvait pas s'opposer à elle : il était un homme, elle était une femme, il était d'origine celte, elle était issue de la diversité, c'était beaucoup trop dangereux, un coup à être accusé de trahison. Que le Président déprime était bien la seule chose positive dans toute cette histoire, comme une forme de justice malgré tout. C'était le Président qui avait choisi et imposé à tous cette harpie, qui en plus n'était même pas belle, il ne l'avait certainement jamais sautée. Alors pourquoi ?

Elle avait fini de parler, il n'avait pas écouté la fin. Visiblement elle avait exigé encore d'autres contraintes, et le Président les avait encore acceptées, il le voyait à ses épaules affaissées. Etait-ce la prison pour ceux qui seulement "penseraient" s'expatrier ? Comment feraient-ils ?

Il s'avança et tendit les quelques feuilles qu'il tenait en main. Il n'y avait plus beaucoup de temps, le Président devait les apprendre par coeur pour paraître convaincant. C'était son discours télévisé du soir, sur l'importance de la liberté.

©Philippe Gouillou - Jeudi 7 juillet 2022


Hypothèses Récentes

Citation de cette page :

Gouillou, Philippe (2021) : "Hypothèse 81 : liberté". Evoweb. Jeudi 7 juillet 2022. https://evoweb.net/blog2/20220707-hypothese-81.htm
[Hypothèse 81 : liberté](https://evoweb.net/blog2/20220707-hypothese-81.htm "Evoweb : Hypothèse 81 : liberté (Jeudi 7 juillet 2022)"). Philippe Gouillou. *Evoweb*. Jeudi 7 juillet 2022